#Magnanville Un an après, un de leur collègue policier se confie : « On est sur le qui-vive en permanence »

Ce policier était de service au commissariat des Mureaux (Yvelines) le soir où son collègue Jean-Bapstiste Salvaing et sa compagne ont été assassinés par un terroriste. Un an après, il se confie en exclusivité. […]

«On est sur le qui-vive en permanence»

 

Ce drame a-t-il modifié votre façon de travailler ?
Évidemment. On est toujours en train de se dire : fais attention à toi, sois prudent. Et si on ne se le dit pas, ce sont vos proches qui vous le rappellent. La peur s’est installée dans la famille police des Mureaux même si on garde la tête haute, ne serait-ce que par fidélité à la mémoire de Jean-Baptiste et Jessica. On est sur le qui-vive en permanence, et cela nous pompe beaucoup d’énergie. Les mesures de sécurité ont été multipliées par dix, en termes d’armement, de protection. Aujourd’hui, quand on rentre chez soi en voiture, on regarde sans arrêt dans le rétroviseur pour être sûr de ne pas être suivi, on tourne autour du pâté de maisons avant de se garer… Quant à ma fille, elle évite de dire que son père est flic.

Source